Contes Chevêches

Avez-vous vu le Grand Padou ?

RIDINGER Johann Elias (1698-1767), A group of four ferrets (viverra) near a tree trunk [Un groupe de quatre civettes près d’un tronc d’arbre], date in­con­nue, gravure, 34,7 × 42,5 cm, Londres, Wellcome Collection

Un brouhaha s’élève du cœur de la forêt. Une nuée d’oiseaux s’échappe brusquement au-dessus de la canopée en piaillant son agacement. La cime des plus hauts arbres oscille franchement tandis que le craquement du bois retentit jusque dans les tanières.

Les yeux écarquillés, soupirant de lassitude, de nombreuses bêtes choisissent de se mettre à l’abri : c’est le Grand Padou qui arrache même les troncs les plus massifs sur son passage.

Une tête gigantesque émerge soudain au-dessus de la forêt : une tête allongée comme celle d’une girafe, recouverte d’une grosse fourrure jaune et soyeuse, avec deux larges cornes couleur acajou. Deux bons gros yeux à demi-clos contemplent le vide tandis qu’une mâchoire colossale s’applique à broyer un tronc épais comme cinq sangliers.

« Matuzélèze ! »

La voix a tonné depuis le ras du sol.

« Attention avec ces troncs, interdiction de dévorer ceux qui sont habités ! »

C’est le Grand Padou qui rappelle sa monture à l’ordre.

L’énorme troncivore interrompt sa mastication. Après de longues minutes de réflexion, il secoue avec une violence inouïe le tronc à moitié broyé enfoncé dans sa gueule. Des écureuils, des chouettes, divers petits rongeurs, des oiseaux terrifiés se retrouvent alors projetés dans les airs, en tout sens et à une vitesse fulgurante.

« Voilà, tout doux. »

Le Grand Padou, flatte sa monture en guise de récompense. Celle-ci reprend paisiblement son repas, rassérénée et satisfaite.

Qui pourrait ne pas voir Matuzélèze, le très loyal destrier du Grand Padou ?